Toño Rosillo fait partie de la longue tradition des “Santeros” ou Retablistes mexicains qui fournissaient aux membres des confréries et fraternités religieuses, majordomes et commerçants, des images et des peintures, depuis le XVIII siècle.

Les petits tableaux de dévotion, peints généralement sur des plaques de fer-blanc ou de cuivre, étaient commandés par les fidèles pour rendre culte au saint ou vierge de leur particulière dévotion. Cependant, la technique de Toño Rosillo n’est pas la traditionnelle, sur plaque de fer-blanc ou de cuivre, il travaille principalement sur des supports de bois. Il découpe des chromes et des lithographies avec des images de saints et de vierges d’autres siècles; de temps à autres, il utilise des reproductions de tableaux célèbres, des annonces publicitaires et des affiches, et à partir de ce simple matériel, il laisse voler son imagination et sa sensibilité.

Il utilise la technique du collage, mais ce n’est pas pour autant un art ingénu: la composition, la répartition des divers éléments son très étudiés, repeints, enrichis de couleurs vives et d’objets. Rosillo n’oublie pas de détails, son œuvre devient un véritable travail d’orfèvre qui récupère perles, pièces de monnaie, clefs, scapulaires, médailles, boutons, bouts de dentelle ou fragments d’instruments de musique, transformant ainsi le chrome original en un monde rempli d’émotion et de foi, et provocant une rupture qui oblige le spectateur à modifier sa vision routinière de l’art religieux et à récupérer pour lui-même le symbolisme fécond que celui-ci garde. Tout cela fait de Toño Rosillo un artiste original et contemporain.